Actualités et dossiers spéciaux

Publié le 16 mars 2016

Neuroradiologie Interventionnelle : un traitement de pointe

Neuroradiologie interventionnelle :

Un traitement de pointe des pathologies neuro-vasculaires pour les patients de l'Ouest breton

Depuis l'été 2015, le service de radiologie et imagerie médicale du CHRU de Brest, dirigé par le Professeur Michel Nonent, permet aux patients de l'Ouest breton atteints de pathologies neuro-vasculaires d'être traités par neuroradiologie interventionnelle (NRI). Une technique particulièrement innovante grâce à laquelle les gestes du médecin sont guidés et contrôlés par l'imagerie médicale.

La Neuroradiologie interventionnelle s'implante aujourd'hui au CHRU de Brest. Cette belle réussite portée par l'ensemble de la communauté du CHRU constitue la garantie d'une offre de soins de qualité et une technique de traitement à la pointe du progrès pour les patients de l'Ouest breton souffrant d'une pathologie neuro-vasculaire.

« Cette jeune spécialité bénéficie de nombreuses innovations. L'acquisition des images se révèle de plus en plus précise et de moins en moins irradiante. Tridimensionnelles et maintenant quadridimensionnelles, ces images permettent de guider le geste de façon précise et d'en vérifier le résultat, mais également de simuler la procédure propre au patient en temps réel avant sa réalisation »

Docteur Jean-Christophe Gentric,
responsable de l'Unité Fonctionnelle de Neuroradiologie Interventionnelle.

La NRI permet notamment de traiter plus efficacement les anévrismes et malformations artério-veineuses.

Une collaboration pluridisciplinaire efficace

Mêlant imagerie et techniques d'imagerie médicale, cette activité transversale s'appuie sur une collaboration importante entre neurochirurgiens, neurologues, neuroradiologues et anesthésistes réanimateurs.

Innovants, les dispositifs utilisés permettent des interventions à la fois mini invasives et complexes, tout en minimisant les risques pour le patient. « La prise en charge des anévrismes, par exemple, est possible de façon préventive, mais aussi dans le cadre d'une rupture ou en période hémorragique si la rupture anévrismale n'a pas été fatale au patient. La technique la plus répandue reste le « coiling » de l'anévrisme » qui consiste à exclure l'anévrisme cérébral de la circulation normale. Les interventions liées aux anévrismes peuvent être assez longues : l'augmentation des indications et des modalités de traitement des anévrismes complexifient les procédures qui durent jusqu'à 5 heures sous anesthésie générale.

Une aide précieuse à la prise en charge des accidents ischémiques

Grâce aux progrès cumulés des systèmes d'imagerie et des dispositifs médicaux, la NRI constitue une aide à la prise en charge des accidents ischémiques en phase aiguë (perte de fonction cérébrale en lien avec une occlusion artérielle). « Cette aide est maintenant reconnue grâce à de nombreuses études impliquant un changement manifeste dans la prise en charge en urgence des accidents vasculaires cérébraux ischémiques » conclut Jean-Christophe Gentric.

Un appareil ultramoderne

Le choix de l'appareil a fait l'objet d'une attention particulière en présence du Docteur Gentric.

L'appareil de NRI du CHRU de Brest dispose au final de deux arceaux avec capteurs numériques permettant l'acquisition d'images 2D et 3D haute définition et de divers outils logiciels de navigation, fusion, guidage et aide à l'embolisation.

Au total, 2 millions d'euros ont été nécessaires à la mise en place de l'activité de neuroradiologie interventionnelle, dont 1,2 million consacré à l'équipement d'imagerie.

La NRI améliore l'efficacité de traitement :

  • des anévrismes
  • des accidents vasculaires cérébraux ischémiques
  • des malformations artério-veineuses
  • des fistules durales

Depuis l'ouverture de la salle de NRI, plus de 200 patients du CHRU ont bénéficié de cette technique.