Actualités et dossiers spéciaux

Publié le 23 janvier 2017

Inauguration de l’Unité Ambulatoire de Réhabilitation Respiratoire au CHRU de Brest

 

En France, 7 à 10 % de la population adulte sont affectés par des problèmes respiratoires attribuables en grande partie à la broncho-pneumopathie chronique obstructive. Les patients peuvent désormais se rendre à l’Unité Ambulatoire de Réhabilitation Respiratoire du CHRU de Brest pour prévenir et ralentir cette maladie qui est la 4e cause de mortalité mondiale. L’inauguration officielle de l’unité a lieu le 19 janvier.

 

Toux, bronchites à la chaîne, essoufflement rapide sont les signes courants de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Pour prévenir et ralentir cette maladie causée en grande partie par le tabagisme, l’Unité Ambulatoire de Réhabilitation Respiratoire, active depuis  février 2016, propose aux patients un bilan complet, cardiaque et respiratoire, avec le maître examen de l’épreuve d’effort. Une fois le diagnostic posé, le patient suivra un programme individuel de 2 mois qui compte une vingtaine de rendez-vous avec l’équipe de l’unité, située sur le site de la Cavale Blanche.

 

Une prise en charge sur mesure

Durant chacun de ces deux à trois rendez-vous hebdomadaires, le patient va évoluer avec une équipe pluridisciplinaire : l’Unité compte 3 kinés, 1 APAS, 2 infirmières, 1 diététicienne, 1 secrétaire et 2 médecins praticiens, et peut faire intervenir un psychologue, un psychiatre et une assistante sociale si nécessaire. Le  parcours de soins passe par un travail d’éducation thérapeutique : prise de conscience des risques de la BPCO, maniement des médicaments… « On ne reconstruit pas le poumon, mais on peut grandement améliorer la qualité de vie », explique le Dr Christophe Gut-Gobert, pneumologue depuis 2005 au CHRU de Brest.

 

Rendre l’effort plus facile par l’entraînement

Selon Christophe Gut-Gobert, la réhabilitation respiratoire, « c’est l’équivalent des 5 fruits et légumes par jour, appliqués à la pneumologie » : une prise en charge non médicale dont la pierre angulaire est notamment la reprise d’une activité physique régulière. « Avec le sevrage tabagique, la réhabilitation respiratoire, qui existe depuis longtemps, est une des méthodes les plus efficaces pour prévenir et améliorer sa santé respiratoire ». Ainsi, les patients sont amenés à évoluer dans différents ateliers pour prendre conscience de leur maladie et réintégrer l’effort dans leur vie quotidienne : « Nous lions l’utile à l’agréable : promenades extérieures, jeu de sarbacane pour faire travailler le diaphragme et, prochainement, une console de jeux Wii pour inciter les patients à bouger ! »

 

Un programme ambulatoire en articulation avec les soins extra-hospitaliers

Localisé sur le site de la Cavale Blanche, l’Unité est accessible directement et se veut un lieu convivial, où prendre soins de sa santé est (ou redevient un plaisir). Grâce à un travail initié par l’agence régionale de santé et piloté par un infirmier, une connexion forte est développée avec tous les acteurs libéraux œuvrant à une meilleure prise en charge ambulatoire des patients BPCO.

Découvrez le reportage France 3 Iroise