Etude

Médiator : mieux identifier l’anomalie génétique

Etude

En France, environ 5 millions de personnes ont été exposées à la prise de benfluorex (Mediator®) depuis sa commercialisation en 1976. La prise de cette molécule provoque la survenue d’une anomalie cardiaque (valvulopathie) chez certains patients. 

Cette toxicité a conduit au retrait de ce médicament du marché français en novembre 2009. 

Toutefois, un certain nombre d’interrogations subsiste. Il a en effet été constaté que seul un pourcentage (15 % environ) de patients exposés développe une valvulopathie évocatrice alors, qu’à l’inverse, beaucoup de patients ont été exposés pendant de nombreuses années sans développer la moindre anomalie au niveau cardiaque. 

Il pourrait donc exister une susceptibilité génétique particulière chez les patients ayant développé une valvulopathie suite à l’exposition à ce médicament.

Cette étude cherche à identifier des profils génétiques prédisposant, en ciblant tout particulièrement les gènes associés aux voies d’action de la sérotonine, une substance active de l’organisme, voies qu’emprunte le benfluorex via ses métabolites.  

L’identification d’une prédisposition génétique devrait, outre d’aider à éclaircir la physiopathologie de cette toxicité, permettre également de mettre en place un test génétique visant à repérer précocement les personnes à risque, non plus pour ce médicament retiré du marché, mais pour tous les médicaments susceptibles d’interférer avec la voie de la sérotonine. Ces médicaments sont aujourd’hui très nombreux.

Contact :

Dr Irène Frachon
Centre d'Investigation Clinique CIC 0502
CHRU La Cavale Blanche
Boulevard Tanguy Prigent - 29609 BREST CEDEX
Secrétariat général : 02 98 14 50 07 
Secrétariat de consultation : 02 98 14 51 62 
Fax : 02 98 14 50 08 
cic@chu-brest.fr