Nos talents

Docteur Jean-Christophe Gentric

Nos talents


Quel est votre parcours ?

 docteur-gentric« Je suis titulaire d’un Master 2 et je suis actuellement en dernière année de thèse de médecine universitaire (présentation prévue à l’été 2016), en codirection entre les universités de Montréal et Brest. J’ai décidé, en 2009, de me consacrer à la neuroradiologie. Le CHRU de Brest a alors conclu des partenariats avec les hôpitaux de Rennes et Montpellier, afin que je puisse y être formé. J’ai ensuite occupé un poste de « fellowship » (entraînement intensif) à Montréal afin de terminer ma formation initiale dans un centre à très haut volume de prises en charge. J’exerce aujourd’hui la fonction de chef de clinique en radiologie dans le service de Radiologie et Imagerie Médicale de l’Hôpital de la Cavale Blanche, où je suis responsable de l’Unité Fonctionnelle de Neuroradiologie Interventionnelle. »

Pouvez-vous nous décrire votre spécialité, la neuroradiologie diagnostique et interventionnelle ?

« J’interviens surtout au niveau interventionnel, dans le cadre d’actes guidés par l’imagerie radiologique au niveau de la sphère cérébrale. Cette technique est basée sur une étroite collaboration entre neurochirurgien, neurologue et anesthésiste, et permet la prise en charge des pathologies neuro-vasculaires (anévrismes cérébraux, malformations artério-veineuses, AVC ischémiques en phase aiguë…). »

Quel est l’intérêt de cette pratique au CHRU de Brest ?

« La neuroradiologie interventionnelle est arrivée en 2015 à Brest. Elle offre une réponse très efficace face à des pathologies exigeant une prise en charge urgente, comme par exemple les AVC ischémiques. Grâce à cette solution, nous permettons aux patients de l’Ouest breton de récupérer plus vite après un incident neuro-vasculaire, mais aussi d’être pris en charge au plus près de leur famille. Par le passé, ces mêmes patients devaient être transférés dans d’autres établissements, et notamment à Paris, ce qui n’était pas évident pour eux dans un contexte d’urgence ou de maladie grave… »