Actualités et dossiers spéciaux

Publié le 08 octobre 2018

La thrombose veineuse : le mauvais côté du caillot

La thrombose veineuse : le mauvais côté du caillot

 

La phlébite est un caillot de sang qui se forme dans une veine. Lorsqu’il migre, ce caillot peut provoquer une embolie pulmonaire. 2% de la population française est concernée par les accidents thromboemboliques veineux. 200 000 cas par an de thromboses veineuses ou d’embolie pulmonaires sont dénombrés. Cette maladie est potentiellement très grave : la mortalité est de 10 % lorsqu’on est atteint d’une embolie pulmonaire (soit un risque deux fois plus élevé que l’infarctus du myocarde).

L’embolie pulmonaire est une urgence diagnostique et thérapeutique mais il existe des traitements très efficaces.

 

A l’occasion de la journée mondiale de la thrombose, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, Vendredi 12 et samedi 13 octobre 2018 de 10h00 à 17h.

Un film de prévention sera projeté, les équipes médicales seront disponibles afin d’informer et d’échanger avec le public.

Le département de médecine interne, de médecine vasculaire et de pneumologie a structuré une filière de soin dédiée à la prise en charge de cette maladie en lien avec la médecine de ville.

Une équipe de recherche dédiée à cette maladie a été structurée depuis 20 ans, de notoriété internationale : le Groupe d’Etude de la Thrombose de Bretagne Occidentale (GETBO : Directeur : Pr Francis Couturaud).

L’originalité de cette équipe est le développement d’études académiques qui permettent d’améliorer les pratiques médicales, et d’améliorer la prise en charge des patients.

Récemment, cette équipe a créé une unité de recherche fondamentale pour mieux comprendre les mécanismes de cette maladie.

 

Etre conscient

Il est nécessaire de détecter au plus vite l’apparition d’une thrombose car il existe des traitements très efficaces pour dissoudre le caillot (il s’agit des anticoagulants, médicaments qui permettent de fluidifier le sang). Le traitement est prescrit pendant 3 à 6 mois le plus souvent, mais parfois, il doit être pris à vie.

Détecter

En cas de thrombose veineuse au niveau du membre inférieur :

  • Douleur persistante dans une jambe (mollet le plus souvent);
  • Durcissement de la zone touchée perçue à la palpation ;
  • Formation d’un œdème de la cheville ou de la jambe
  • Rougeur, réchauffement

En cas d’embolie pulmonaire :

·         Douleur brutale et persistante dans la poitrine, comme un point de côté qui dure pendant des heures

·         Sensation d’oppression dans la poitrine, sans facteur déclenchant

·         Parfois un crachat de sang

·         Sensation de palpitation

 

Réagir

Si une personne présente des signes d’embolie pulmonaire, elle doit immédiatement contacter le 15.

Prévenir

La thrombose veineuse peut toucher tout le monde. Les facteurs de risque les plus fréquents sont l’immobilisation prolongée, les plâtres (fracture, entorse), les interventions chirurgicales, les longs trajets (avion, voiture), la contraception orale, la grossesse et certaines maladies comme le cancer. Dans la moitié des cas, il existe une hérédité (familles à risque). Parfois, aucun facteur favorisant n’est retrouvé.

 

Soutenir :

Soutenez la recherche

Fonds de dotation INNOVEO

Pour soutenir la recherche contre la phlébite et l’embolie pulmonaire, adressez vos dons à INNOVEO, le Fonds de dotation du CHRU de Brest.