Actualités et dossiers spéciaux

Publié le 26 janvier 2016

La nouvelle vie des urgences de la Cavale Blanche

1. UN NOUVEAU BATIMENT

Janvier 1996 : l’hôpital dela Cavale Blanche ouvre ses portes et les débuts de son service d’urgences sont prometteurs. Mais 20 ans plus tard, la situation a changé…

À l’époque, ce service constituait un progrès dans la prise en charge des urgences graves en Bretagne Occidentale. Chaque année, 1 français sur 8 avait

Chiffres CHRUalors recours aux urgences. 

Mais depuis, l’activité des urgences a largement augmenté : 1 français sur 3,5 s’y rend désormais chaque année, et les besoins des patients ont évolué. Les urgences de la Cavale Blanche, de leur côté, sont peu à peu devenues vétustes. 

En 2009, le CHRU s’est donc lancé dans un projet d’envergure visant à définir une nouvelle organisation médicale et soignante adaptée aux 41 000 passages annuels. 
Un projet inédit, 
créatif et précurseur qui, au-delà du simple aspect architectural, propose une organisation nouvelle de l’hôpital. 
Après plusieurs années de travaux, les nouvelles urgences prennent aujourd’hui vie dans un bâtiment de 3 900 m2 (dont 2 200 m2 dédiés aux soins), en lieu et place des 1 050 m2 d’origine, équipé de 22 salles de consultations (contre 20 auparavant) et de 4 salles d’accueil des urgences vitales (déchoquage). 
De quoi correspondre parfaitement aux recommandations nationales les plus récentes concernant la médecine d’urgence.


 

Interview

 

 

La médecine d’urgence est-elle une spécialité ?

"Oui, sans aucun doute ! Elle bénéficie depuis 2005 d’un enseignement propre sanctionné par un diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC). Chaque année, dans notre faculté et au CHRU, 5 à 6 urgentistes sont formés à un haut niveau de médecine d’urgence”.

Interview docteurEn quoi ces nouvelles urgences vont-elles réduire le temps d’attente des patients ?

“Tout d’abord la nouvelle organisation de la gestion des lits réduira les temps d’attente avant admission dans le service. De plus, l’architecture du nouveau bâtiment est conçue pour faciliter les flux de patients, et une nouvelle organisation des soins, plus efficace, a été mise en place dans le service des urgences”.

Quels sont les principaux changements que les patients et leur famille vont connaître ?

“Outre la réduction des temps d’attente, les patients bénéficient maintenant d’un meilleur confort d’accueil, et d’une prestation de service améliorée (couverture, nourriture, wifi…)

 

 

Image cavale blanche

2. UNE NOUVELLE ORGANISATION

“Les urgences : c’est trop long”: une opinion partagée par de nombreux patients, quele CHRU de Brest ne pouvait ignorer.

un TEMPS D'ATTENTE RÉDUIT

Interview D Soazig Le Floc'h

Pour diminuer les temps de passage, le premier objectif a été d’optimiser l’évaluation réalisée par l’infirmier(ère) d’accueil et d’organisation, qui permet 

d’orienter les patients et de définir l’ordre de passage en fonction de la gravité des cas et non de l’heure d’arrivée. 

Mais d’autres mesures ont également été mises en place :

Une réorganisation en filières spécifiques

* La filière Urgences regroupe les patients pour lesquels il est nécessaire de réaliser des examens complémentaires, et dont l’hospitalisation est fortement probable.

* La consultation rapide concerne les patients souffrant de pathologies non graves, qui relèvent d’une prise en charge ambulatoire ou d’une consultation de médecine générale, telles que la petite traumatologie et la médecine de consultation (ORL, ophtalmologie, dermatologie, odontologie...).

* La filière gériatrique et la filière psychiatrique ont également été renforcées.

 

Interview

 

 

Comment est née cette nouvelle organisation de gestionnaires de lits ?

interview christelle collec

"Elle a été pensée à partir d’expériences menées dans différents établissements comme les CHU de Nantes, de Poitiers et l’Institut Montsouris à Paris. Ce changement a nécessité une grande mobilisation institutionnelle et une modification importante des habitudes. Il repose sur la réservation de lits pour les urgences au sein des différents services sur la base de l’activité constatée au cours des précédentes années."

Comment définir ce poste, aussi appelé “bed manager” ?

"Le gestionnaire de lits travaille un peu comme un aiguilleur du ciel gère les décollages et atterrissages sur un aéroport. En contact avec tous les services, il a une vision à court et interview moyen terme des entrées et sorties et répartit les lits au mieux en fonction des demandes et des contraintes des équipes soignantes."

 

Qu’attendez-vous de ce nouveau métier ?

"Cette organisation doit permettre une hospitalisation plus rapide des patients, et réduire le temps que les soignants consacraient inutilement à cette activité."

 cavale blanche

DES GESTIONNAIRES DE LITS POUR ACCELERER LES HOSPITALISATIONS

 

Comment permettre au personnel soignant de se concentrer sur les actes ?

Pour y parvenir, le CHRU a décidé de décharger les médecins de certaines tâches administratives.sieges cavale blanche

Jusqu’à présent, les médecins urgentistes consacraient une part importante de leur temps à la recherche de lits disponibles pour les patients. L’organisation a donc été revue et les tâches administratives seront désormais assurées par une équipe dédiée : les “gestionnaires de lits”.

Cette nouvelle organisation a déjà porté ses fruits dans d’autres hôpitaux. Médecins, infirmières, aides soignantes : tous se sont mobilisés afin d’impulser ce changement et améliorer la prise en charge du patient.

Le rapprochement du CHU et l’HIA Clermont Tonnerre avec, à terme, une gestion commune des hospitalisations en urgence, ouvre également de nouvelles perspectives en termes de réduction des temps d’attente avant hospitalisation.

UN ACCUEIL PERSONNALISÉ ET CHALEUREUX

Pour améliorer l’accueil des patients aux urgences, un travail important d’écoute et de réflexion a été mené, intégrant l’ensemble des remarques émises par les patients et leurs familles lors de leur passage à l’hôpital.

interview christelle teitenLe CHRU a toujours assuré la prise en charge des urgences vitales, mais la mission des urgences ne s’arrête pas là. Les accidents de la vie quotidienne en font également partie. Il fallait agir : réorganiser les urgences et initier un projet fondé sur les retours d’expérience.

Le CHRU a donc lancé une initiative portée par les valeurs d’efficacité, d’humanité et d’expertise de l’hôpital. Pour moderniser l’accueil des usagers, cette initiative s’est inspirée de ce qui a été fait dans plusieurs services publics (SNCF, La Poste).

Les professionnels se sont mobilisés autour de quatre axes :

Des locaux apaisants

Les nouvelles urgences ont été conçues dans un lieu en décalage avec les codes et la vision “classique” de l’hôpital. Elles suscitent un étonnement, une émotion, un apaisement.

Revêtement de sol, peintures, éclairages : chaque élément a été minutieusement choisi afin de créer une ambiance chaleureuse et accueillante dans l’intérêt du patient.

 

Des services simples et pratiques à disposition de tous

Le CHRU a souhaité offrir aux patients des conditions d’accueil incluant des services pratiques.

Une attention toute particulière a été portée au confort. Dans ce nouvel aménagement, les patients pourront ainsi bénéficier :Chiffres CHRU

* De nouvelles collations (déjeuner, dîner, encas), nouvelles couvertures, espace enfant et espace de travail en salle d’attente, salon réservé aux familles.

* D’un stationnement privilégié : 27 places ont été réservées pour les arrivées aux Urgences.

* D’une information claire et visible : signalétique lisible pour une meilleure orientation, nouveau livret d’accueil avec toutes les informations pratiques, affichage du temps d’attente en temps réel, meilleure identification du personnel assurée par de nouveaux badges.

* De nouveaux services : Wifi gratuit, borne de recharge des téléphones portables, borne de recueil de la satisfaction.

 

Une volonté de soulager le stress

Afin d’accompagner au mieux les patients et familles dans le stress d’une prise en charge aux urgences, tous les professionnels ont été formés en 2015 aux techniques utilisées dans le secteur de la santé, mais aussi ailleurs.

 

Une meilleure prise en charge des personnes vulnérables

Une attention particulière a été apportée à la prise en charge des personnes vulnérables : une vidéo destinée aux malentendants est par exemple en cours de réalisation afin de leur apporter une information adaptée, et l’ensemble des locaux est désormais accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

Un service à la pointe pour les urgences vitales et spécialisées

Les patients qui se présentent aux urgences de la Cavale Blanche bénéficient de l’expertise de médecins très spécialisés, présents 24 heures sur 24 à l’hôpital, et des équipements ultra-modernes d’un centre hospitalier universitaire.

interview professeur yves ozierLE PROJET TRAUMA CENTER

Le projet de trauma center a pour objectif d’améliorer la prise en charge des patients polytraumatisés.

 

Interview

 

 En quoi consiste le projet de trauma center ?

"Ce centre spécialisé en traumatologie et polytraumatologie peut traiter sur place un traumatisme grave (cardiaque, vasculaire, neurologique) en s’appuyant sur un plateau technique de haut niveau (radiologie, chirurgie). L’objectif : gagner un temps précieux grâce à un matériel et des protocoles normalisés (soumis à des visites d’accréditation et de conformité), et à des compétences médicales et infirmières définies et vérifiées. Chaque patient peut ainsi être traité sur place dès son arrivée. Un point déterminant car dans les cas graves et les urgences vitales, chaque minute compte."

 

       nouvelles urgencesindicateur

 

 

 

 

 

 

 

Interview

 

 

 

Pourquoi les Urgences sont-elles une des principales portes d’entrée à l’hôpital ?

“Parce qu’elles constituent un pivot entre la ville et l’hôpital. Aux urgences, les patients suivent 3 étapes : ils sont accueillis, un diagnostic est établi, puis ils sont orientés vers un autre service adapté à leur besoin. Nous accueillons les patients en déterminant le degré d’urgence en fonction de leur pathologie, en cernant précisément leur motif d’admission et leur contexte de vie antérieur pour adopter la meilleure conduite à tenir”.interview docteur francoise duquesne

Comment sont réalisés ces diagnostics ? 

"Ils ne peuvent se faire qu’avec l’aide du patient, de son entourage, de son médecin et des professionnels qui l’entourent. Par exemple, pour un patient qui est tombé d’une échelle, il va falloir établir le diagnostic des lésions secondaires à la chute, comprendre la cause de la chute puis aviser de la prise en charge en fonction de ses autres pathologies et de son autonomie antérieure”.

La prise en charge aux urgences est-elle pluridisciplinaire ? 

"Oui. Le service des urgences est un plateau technique unique, qui permet d’approcher au plus près le ou les diagnostics grâce à l’aide des radiologues, des spécialistes médicaux et chirurgicaux. Sur place, se trouve toute l’expertise nécessaire pour diagnostiquer et traiter rapidement des pathologies très urgentes grâce aux filières spécifiques mises en place pour la prise en charge des AVC, des infarctus…”

 phrase chru

UNE PRISE EN CHARGE ADAPTÉE DU PATIENT AGÉ

Dans la grande majorité des cas, les patients âgés entrent à l’hôpital par le service des urgences.

phrase mur

 Leur profil est souvent atypique : ils peuvent être polypathologiques, polymédicamentés, victimes de chutes et/ou présentant des troubles mnésiques, troubles de l’humeur, troubles nutritionnels... L’absence de regard gériatrique et de prise en charge globale immédiate pouvant conduire à des erreurs d’orientation, à une perte d’autonomie et un allongement du temps d’hospitalisation particulièrement préjudiciable chez les personnes âgées, ils nécessitent une évaluation médicopsycho-sociale adaptée dès leur arrivée.

Un binôme médecin gériatre / assistante sociale réalise cette approche spécifique depuis 1994 aux urgences de Brest, et permet d’orienter les patients grâce aux réseaux intra et extrahospitalier développés au fil des ans. Les nouvelles urgences du CHRU amélioreront encore cette prise en charge grâce à l’ouverture en septembre 2016 d’une unité d’accueil gériatrique qui comprendra 5 salles individuelles de consultation, plus spacieuses, équipées d’un matériel adapté (brancards, fauteuils) et d’un espace dédié aux familles. Ce secteur fonctionnera du lundi au vendredi aux heures ouvrables.

 

 
UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

La douleur est une plainte récurrente à l’entrée aux urgences. Elle nécessite donc une prise en charge rapide et efficace.

* Dès l’arrivée aux urgences, l’infirmier(ère) d’accueil et d’orientation évalue l’intensité de la douleur du patient, ainsi que ses constantes vitales, afin de mettre en route un traitement immédiat, basé sur l’in - tensité de la douleur et sur le protocole de prescription anticipée mis en place en 2014. La douleur est ensuite réévaluée par le médecin.

* Une nouvelle technique d’analgésie loco-régionale pour les patients présentant des traumatismes du fémur est également effective depuis cette année.

Ces deux types de prise en charge apportent un bénéfice réel au patient, quel que soit son âge. La prise en charge de la douleur étant une priorité pour les urgences, d’autres pistes de travail sont à l’étude pour l’avenir.

 infirmiereUN SERVICE MAIN DE RÉFÉRENCE

Le CHRU de Brest bénéficie de l’appellation SOS Mains : il fait partie des centres de référence dans la prise en charge et le traitement des urgences de la main.

La plupart des blessés à la main présentent des lésions graves pouvant laisser des séquelles plus ou moins importantes. Le traitement de ces traumatismes nécessite des compétences très particulières de la part des chirurgiens et notamment la maîtrise parfaite des techniques microchirurgicales.

Les patients du CHRU bénéficient de cette expertise.