Actualités et dossiers spéciaux

Publié le 05 avril 2016

Le CHRU de Brest, centre expert dans la prise en charge de l’endométriose

L’endométriose est causée par la migration de l’endomètre (muqueuse située dans l’utérus) vers les ovaires, le péritoine ou les trompes. Lors des règles, le saignement atteint ces petits nodules extérieurs à l’utérus, ce qui engendre de fortes douleurs. L’organisme réagit en les enkystant et en créant des adhérences. « Si elle n’est pas qualifiée de grave, cette maladie est très invalidante. Elle génère un absentéisme important au travail et perturbe la sexualité des femmes touchées, dont les vies sont rythmées par les douleurs. Pourtant, il arrive qu’une dizaine d’années s’écoulent entre le début des symptômes et le diagnostic ! » indique Philippe Merviel, Professeur en gynécologie, obstétrique et médecine de la reproduction au CHRU. L’endométriose peut, de plus, déboucher sur des problèmes d’infertilité, en raison de kystes sur les ovaires, de trompes bouchées ou même d’absence de relations sexuelles liée aux douleurs. Elle dépend du fonctionnement ovarien : à la ménopause et lors des grossesses, le phénomène se calme naturellement.

Des patientes originaires de toute la Bretagne

En France, les centres experts en endométriose sont peu nombreux. Grâce à la mise en place du CETEBO (Centre d’Exploration et de Traitement de l’Endométriose de Bretagne Occidentale), des patientes venues de toute la Bretagne accèdent maintenant, à Brest, à une prise en charge globale mêlant consultations, explorations et traitement. Par échographie ou IRM, il est possible de réaliser une cartographie des lésions, qui peuvent ensuite être traitées de façon médicale (pilule, progestatifs…) ou chirurgicale (cœlioscopie). « L’endométriose pouvant créer des lésions profondes dans les zones du tube digestif ou de la vessie, le CETEBO repose sur une étroite collaboration entre le service de Gynécologie-Obstétrique et Médecine de la Reproduction et les services de Radiologie, de Chirurgie Viscérale et Digestive, et d’Urologie » poursuit le Professeur Merviel.Une collaboration appréciée par le Professeur Jean-Pierre Bail, Chef du service de Chirurgie Viscérale et Digestive : « La chirurgie digestive constitue une force d’appoint pour les gynécologues, qui ont besoin de notre expertise pour traiter les cas complexes d’endométriose profonde, caractérisés par la présence de foyers près du rectum ou du colon ».

Une conférence à Brest le 27 mai

À ce titre, les services de Gynécologie-Obstétrique et de Chirurgie Viscérale et Digestive organisent conjointement, le 27 mai au sein de la Faculté de Médecine de Brest, une conférence dédiée à l’endométriose, en présence du Professeur Bertrand Dousset, Chef du service de Chirurgie Digestive de l’hôpital Cochin (Paris), dont la maternité de Port-Royal prend en charge la majorité des cas d’endométriose profonde en France. « Il nous fera part de son expérience et nous permettra d’amorcer la création, à Brest, d’une antenne de la structure parisienne. Ainsi les patientes bretonnes n’auront plus besoin de se rendre à Paris pour bénéficier d’une prise en charge globale » conclut le Professeur Bail.

 

L’endométriose touche, à des degrés divers, environ 30 % des femmes jeunes 

Au CHRU de Brest, une quarantaine de patientes nécessitent chaque année un traitement chirurgical