Actualités et dossiers spéciaux

Publié le 25 novembre 2015

L’avenir d’une médecine au service du patient

Parce que plusieurs spécialités peuvent intervenir dans la prise en charge d’une même maladie, le CHRU a initié une dynamique axée sur le dével oppe ment de consultations pluridisciplinaires et sur la création, en 2017, d’un centre de médecine ambulatoire. 

“Un patient qui se présente avec une pathologie aigüe est souvent polypathologique. La nouvelle maladie peut retentir sur les autres pathologies et modifier leur prise en charge. Inversement, les pathologies antérieures peuvent modifier la prise en charge de cette nouvelle maladie pour laquelle le patient vient à l’hôpital. Enfin, une maladie peut toucher plusieurs organes et donc intéresser plusieurs spécialités.

La prise en charge pluridisciplinaire s’avère donc indispensable. Pour prendre en charge le patient, la médecine doit s’appuyer sur un alliage de savoir-faire. L’avenir de l’hôpital repose sur ce fonctionnement global, qui va permettre de mettre autour du patient l’ensemble des compétences nécessaires, non seulement en hôpital de jour, mais aussi sur des plateaux d’hospitalisation. En ce sens, le développement des consultations pluridisciplinaires et l’ouverture prochaine d’un centre de médecine ambulatoire regroupant plusieurs hôpitaux de jour témoignent d’une réelle volonté du CHRU de favoriser une médecine centrée sur le patient”.

professeur Dominique Mottier
Directeur du Centre d’investigation clinique

 

Centre de médecine ambulatoire, de nouvelles ambitions dès 2017

“Son objectif sera de proposer aux patients une prise en charge globale sur un même lieu et sur une journée ou une demi-journée. Tous les hôpitaux de jour appelés à le rejoindre existent déjà, mais ils sont disséminés aux quatre coins de l’hôpital de la Cavale Blanche” précise Caroline Maringue, directrice adjointe du CHRU. Au total, une dizaine de disciplines rejoindront le nouveau centre : médecine interne, pneumologie, cardiologie, neurologie, gériatrie et endocrinologie (30 places), ainsi que les explorations fonctionnelles neurologiques, le centre de la douleur et les maladies infectieuses, qui se partageront 3 places mutualisées. Grande étape dans le développement des prises en charge pluridisciplinaires : un centre de médecine ambuLatoire verra le jour en 2017 à la cavale blanche. En regroupant plusieurs hôpitaux de jour, il facilitera le parcours des patients et améliorera la coordination entre médecins spécialistes.

Une prise en charge complète et spécialisée 

Cette mutualisation améliorera le confort des patients et développera l’activité ambulatoire en médecine de jour. 

"Le but de la médecine de demain est que le patient reste le moins de temps possible à l’hôpital tout en bénéficiant de soins spécialisés sécurisés. C’est dans cette optique qu’ont été créés les hôpitaux de jour. Avec ce regroupement, nous franchissons une étape supplémentaire et nous élevons nos ambitions de prise en charge ambulatoire et pluridisciplinaire”  poursuit Caroline Maringue. Regroupées, les spécialités offriront un meilleur service au patient, qui pourra accéder aux plateaux techniques, aux actes d’imagerie et à des examens biologiques. Le tout sur une seule journée.

 

Entretien avec le professeur Véronique Kerlan

En tant que coordinatrice de ce nouveau centre, quels sont pour vous ses intérêts ?

Il proposera aux patients une prise en charge médicale et paramédicale optimisée en une unité de lieu et de temps. Il sera utile dans le cadre de soins programmés, mais aussi dans des contextes de post urgence, évitant une hospitalisation. Il facilitera, de plus, les échanges entre médecins de disciplines différentes et clarifiera le parcours des patients adressés.

Quels types de soins seront proposés aux patients ?

Ils bénéficieront d’examens complémentaires (éventuellement sur différents plateaux techniques), d’avis médicaux pluridisciplinaires et d’actes médicaux tels que des perfusions et pansements complexes. La présence de médecins seniors dans chaque discipline permettrad’élargir l’activité de recherche, en incluant par exemple des patients dans des protocoles. Nous réaliserons également beaucoup d’éducation thérapeutique.

L’activité du centre sera-t-elle complexe à organiser ?

Oui. Une programmation très lourde devra être mise en place. Le personnel qui s’en chargera devra connaître les différentes spécialités présentes. Le secrétariat et les locaux seront mutualisés, mais chaque spécialité conservera ses compétences spécifiques.

Par exemple, quel impact aura ce projet sur la prise en charge ambulatoire de l’endocrinologie ?

Le service d’endocrinologie dispose déjà d’un hôpital de jour effi cace, mais la pluridisciplinarité du CMA optimisera son fonctionnement. Les patients souffrant de plaies diabétiques profi teront par exemple de la présence de la clinique du pied. L’éducation thérapeutique des diabétiques et les explorations très spécialisées de pathologies endocriniennes complexes seront réalisées dans de bonnes conditions.